FAQ sur l'Ubérisation

Vous êtes ici

FAQ

Foire aux questions sur l'Ubérisation

Non, la disruption cherche la rupture, par dessus tout. L'idée est de quitter les approches standard peu créatives pour créer cette rupture afin de permettre à la marque ou au produit de se différencier. La disruption est un des résultats de l'ubérisation.
Oui, il faut même impérativement les distinguer ! L'économie collaborative (aussi appelée parfois Economie du Partage) fait partie de la grande famille de l'Economie de Plateformes, comme l'Ubérisation. Mais elle ne vise que la relation entre particuliers (C2B2C) dans un but non lucratif, alors que l'Ubérisation développe une économie lucrative de services.
Non, la digitalisation (ou numérisation) est une révolution technologique, mais pas une révolution économique. L'ubérisation s'appuie sur les outils digitaux (NTIC, big data, IA, IOT, algorythmie, robotisation...) mais n'est pas du même niveau. La digitalisation est un outil, l'ubérisation est un changement économique et social.
Il est très difficile de répondre à cette question. En réalité, tous les secteurs des services sont potentiellement la cible d'une ubérisation, car à la merci d'un acteur qui optimiserait les processus via le numérique, créerait un service plus "cool" et moins couteux, et s'appuirait sur un réseau d'indépendants.
Oui, c'est une piste que nous allons évoquer dans notre observatoire. La e-santé par exemple, ou services gratuits de big-open-data pourraient à très court terme remettre en cause certains services publics.
L'ubérisation, parce qu'elle s'appuie très souvent sur des réseaux d'indépendants, accompagne l'émergence de nouveaux modes de travail. Par exemple, les chauffeurs d'Uber sont tous auto-entrepreneurs ou travailleurs indépendants, les restaurateurs à domicile aussi, les freelances sur les plateformes de mise en relation également. La prise en compte de cette montée du travail indépendant doit faire partie de la réécriture du code du travail.
L'ubérisation fait émerger, il est vrai, de grands acteurs mondiaux sur capitalisés et trés puissants. Uber, AirBnB, Didi, Booking et Amazon dans une dimension équivalente même si déjà plus anciens. Les économistes et analystes semblent s'accorder sur un phénomène général sur lequel il n'y a à terme de la place que pour un acteur, mais cela reste à démontrer.

NOS PARTENAIRES

Vous souhaitez vous engager avec nous dans cette large réflexion ? Vous souhaitez porter un regard novateur sur la réforme du travail et sur l'économie moderne ? Entreprises, associations, think-tank, chercheurs, personnalités qualifiées : rejoignez-nous !

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE
NEWSLETTER

Restez en contact avec nous. Proposez-nous vos tribunes, réactions, témoignages. Et soyez informés des dernières publications et des dates d'événements à venir !

A PROPOS

Fondé par la Fédération des auto-entrepreneurs (FEDAE) et l'association Parrainer la Croissance, cet observatoire a pour but d'accompagner l'ubérisation, d'apporter un constat précis et de proposer des pistes de réflexion autour de la réforme du code du travail, du dialogue social, de l'évolution du Droit...

INFOS DE CONTACT