Actualités de l'Observatoire

Vous êtes ici

En librairie ! Partage, le nouveau stade du capitalisme

Un ouvrage sur l'économie du partage à lire !

Les plateformes de partage, Airbnb, Blablacar, Stootie et consorts ouvrent une nouvelle ère pour le marché : le capitalisme convivial. Ces business models ultra-puissants conquièrent progressivement de traditionnels secteurs du transport, du logement, du service à la personne. En faisant du particulier un producteur, les plateformes de partage se dispensent de nombre d’obligations fiscales, normatives et sociales. Leur activité consiste à monétiser des services jusqu’ici produits par des voisins, des connaissances, des amis et qui se logeaient donc dans des sphères de gratuité et d’informalité. Blablacr, Airbnb, Heetch ou Drivy s’inscrivent ainsi sans aucun doute dans la droite ligne du capitalisme.

Mais en sus de fonder une activité puissante économiquement, les plateformes de partage parviennent à faire combiner marché et convivialité. C’est toute la spécificité de leur modèle. Pour ce faire, elles créent un nouveau mode d’incitation, via leur système de commentaire en ligne et de notation entre pairs. Incitation qui assure la sympathie et la bonne ambiance des échanges mais qui ouvre par là-même un glissement vers un nouveau type de pouvoir : la société de contrôle. Ce partage marchand porte donc de larges implications, tant sur la dynamique du capitalisme que sur la régulation de cette nouvelle économie ou sur les modes de domination.

En nouveau stade du capitalisme, le partage suscite évidemment une réaction idéologique. A l’opposée des modèles marchands de partage se dresse ainsi un nouvel horizon, les communs, dont il convient d’analyser la pertinence. Les écrits de Jeremy Rifkin et de Michael Bauwens sur le sujet méritent ainsi une fine lecture pour en déceler les présupposés idéologiques. In fine, l’économie du partage constitue bien une nouvelle étape du capitalisme avec son modèle économique, sa nécessaire régulation propre, son degré supplémentaire de marchandisation du monde, son mode de domination et son opposition intellectuelle. Comprendre ce nouveau stade c’est embrasser un large pan des mutations en cours sous l’effet du numérique et de l’uberisation du monde.

Normal
  1

La Commission Européenne s’intéresse aux nouvelles formes d'emploi

La Commission européenne a dit le 25 septembre 2017 qu'elle avait entamé de nouvelles discussions avec les organisations syndicales et patronales de l'Union européenne sur les protections et les droits des "nouvelles formes d'emploi" qui recouvrent aussi bien les contrats "zéro heure", le multisalariat ou encore les emplois temporaires.

Le souhait de la CE d'élargir le champ d'application de l'actuelle directive sur les contrats de travail s'inscrit dans le cadre de la réponse plus large que l'exécutif européen cherche à apporter aux critiques qui lui sont adressées de favoriser des politiques ultra-libérales au détriment des salariés.

Dans un document consultatif, elle propose aussi de revoir les règles actuelles et ses propositions pourraient limiter la flexibilité de certaines formes d'emploi et réduire les incertitudes liées aux contrats atypiques développés par les grands acteurs de la nouvelle économie comme Uber ou Deliveroo.

Bruxelles préconise d'étendre le socle européen des droits sociaux à tous les types de contrats qui peuvent s'accompagner de moindres protections dans certains Etats-membres.

Nous voulons que les gens connaissent leurs droits et bénéficient de droits sociaux de base et d'une protection sociale. Nous avons besoin de règles adaptées aux nouvelles formes d'emploi avec une protection adéquate

Marianne Thyssen, commissaire pour l'Emploi et les Affaires sociales.

CONSULTATION JUSQU'AU DÉBUT NOVEMBRE

La majorité des salariés de l'Union européenne bénéficient de contrats à temps plein et à durée indéterminée (CDI) mais un nombre croissant, en particulier parmi les jeunes, travaillent dans le cadre d'horaires flexibles, sans rémunération garantie et avec une protection de leur emploi plus faible. Ces derniers représentaient plus d'un tiers de l'emploi total au sein de l'UE en 2015 et leur part ne cesse de progresser, selon le document consultatif de la CE.

La Commission propose que les salariés soient correctement informés de leurs conditions d'emploi et que leur employeur leur explique pour quelles raisons ils ne bénéficient pas d'un CDI même après plusieurs années au même poste.

Les travailleurs occasionnels devraient aussi avoir droit à un minimum d'heures de travail garanties "après une période de travail continue prédéfinie", recommande la Commission.

Ce renforcement de la protection ne concernerait toutefois pas les auto-entrepreneurs. D'autres types de contrats atypiques comme les stages rémunérés ou les contrats d'intérim sont aussi dans le collimateur de la Commission qui estime qu'ils "continuent de présenter des défis du point de vue de la sécurité d'emploi et de conditions de travail adéquates."

Afin de prévenir les abus liés à ces formes de contrat, Bruxelles veut plafonner la durée des périodes d'essai. "Les partenaires sociaux pourront faire part de leurs points de vue sur les mises à jour envisagées dans la législation européenne en matière de contrats de travail jusqu'au 3 novembre", précise la CE dans un communiqué.

Elle ajoute qu'elle entend présenter une proposition législative avant la fin de l'année.

http://europa.eu/rapid/press-release_IP-17-3367_fr.htm

Normal
  5

Le travail à la demande pour le Bien-Etre des étudiants

LE TRAVAIL À LA DEMANDE POUR LE BIEN-ÊTRE DES ÉTUDIANTS

Entrepreneurs, économistes, professeurs et étudiants se sont regroupés pour créer le LET. Ce mouvement a pour grande ambition de démocratiser le travail indépendant pour les étudiants afin de combattre la précarité étudiante ainsi que les inégalités sociales face aux études.

Etudier, un luxe !

Le coût de la vie étudiante ne cesse d’augmenter, rendant l’accès aux études supérieures très inégalitaire. En effet de nombreux étudiants souhaitant réaliser leurs ambitions sont obligés d’avoir un travail étudiant pour vivre décemment. N’ayant que très peu de visibilité sur leurs disponibilités, le manque de flexibilité des jobs étudiants impacte leur rythme scolaire, allant jusqu’à devenir la première cause d’échec à l’université.

Le job à la demande

En réponse aux besoins de flexibilité des travailleurs et à la digitalisation de l’économie, de nombreuses plateformes de « job à la demande » naissent et se développent à grande vitesse. Elles permettent aux étudiants, entre autres, de travailler en fonction de leurs disponibilités. De petits jobs de quelques heures à de gros projets à forte valeur ajoutée, il y en a pour tous les profils et tous les goûts.

Mauvaise presse mais de nombreux avantages

Entre le très médiatique phénomène d’ubérisation et le conflit entre chauffeurs VTC et taxis, toutes les activités indépendantes ont tendance à être mises dans le même panier. Néanmoins, cette indépendance professionnelle assure de nombreux avantages pour les étudiants : travail à la demande, rémunération attractive, opportunité de mettre ses compétences à profits…

Naissance du LET : Liberté, Etudier, Travailler

L’avenir de la jeunesse de notre pays est une priorité. Le LET croit aux nouveaux modes de travail en réponse à la précarité étudiante. La principale mission du mouvement est de représenter les étudiants indépendants et les plateformes auprès des pouvoirs publics, des médias, du régulateur et des entreprises. Le but est de faciliter l’accès à ces nouveaux jobs en proposant un nouveau statut autoentrepreneur adapté aux étudiants et à leur activité professionnelle secondaire.

Normal
  3

Economie collaborative : nouveaux outils sur le site de l'Urssaf

De nouveaux outils ont été mis en place sur le site de l'Urssaf, dont un qui a particulièrement attiré notre attention.

Il s'agit d'une nouvelle fonctionnalité d'aide aux cotisants développée sur le portail de l'Urssaf depuis début juillet

L'économie collaborative bénéficie désormais d'un nouvel espace !

En effet, les revenus issus

  • des activités de vente
  • des activités de locations de biens
  • des activités de services rémunérés
  • toutes réalisées grâce aux plateformes numériques de mise en relation

doivent être déclarés et soumis à cotisations sociales lorsqu'ils dépassent certains seuils.

L'article 18 loi sur la sécurité sociale 2017 (PLFSS 2017) établit que l'inscription en tant qu'indépendant est obligatoire si :

  • votre location de logement vous rapporte plus de 23 000 euros de chiffre d’affaires
  • votre location de biens meubles (voiture, moto, bateau, outils divers, tondeuse à gazon…) vous rapporte plus de 7720 euros de chiffre d’affaires

S'inscrire comme indépendant veut dire s’affilier au Régime Social des Indépendants (RSI) et s’acquitter des cotisations sociales liées à ce régime.

L'Urssaf a donc ouvert un nouvel espace dédié qui permet de s'informer sur les activités concernées et les options d'affiliation possibles.

En cas de choix pour l'affiliation au régime général, le site permet une déclaration et un paiement en ligne.

A voir

Normal
  4

Uber et Axa renforcent la protection des VTC

Selon un accord communiqué le 25 juillet 2017, les chauffeurs Uber bénéficieront d'une protection prévoyance. Pour cela, le groupe Uber a signé un accord avec Axa France. Il entrera en application à l'automne 2017.

L’objet de cet accord est la fourniture d’un contrat de prévoyance pour les chauffeurs VTC utilisant la plateforme numérique et qui sont travailleurs indépendants (autoentrepreneurs, entreprises individuelles, SASU).

Le contrat sera gratuit pour les chauffeurs utilisant la technologie Uber en France. Le périmètre du partenariat concerne le seul territoire français. Ce sera donc Uber qui paiera pour ce contrat.

L’accord porte sur "la prise en charge en cas d’accident des coûts des soins, l’indemnisation en cas d’incapacité, et de l’indemnisation des ayants droit en cas de décès".

Ce partenariat ajoute un filet de sécurité supplémentaire pour les travailleurs indépendants. Il entre dans la logique des discussions entamées dans le cadre de la Loi travail, et en particulier de l'article 60.

"Uber France va dans le sens d’une amélioration de la protection sociale des chauffeurs et dans l'esprit de l'article 60 qui vise à apporter une garantie ATMP (Accident du travail Maladie Professionnelle), une prise en charge des frais de formation, et une prise en charge des frais de VAE.", confirme Grégoire Leclercq, cofondateur de l'Observatoire de l'Ubérisation. Les garanties prévoyance existent pour les travailleurs indépendants, qui peuvent y souscrire individuellement en payant une cotisation, comme ils le feraient pour la mutuelle par exemple. C'est la première fois qu'une plateforme s'engage à la payer pour eux.

L'Observatoire de l'Ubérisation s'engage toujours plus dans ce chantier important : travailleurs indépendants et plateformes numériques créent une troisième voie (entre salariat et indépendance) qu'il faut stabiliser et construire avec tous les acteurs. C'est le but des travaux menés avec le ministère du Travail, la DGT, la DGE, la DSS et les plateformes.

Normal
  3

Mounir MAHJOUBI, secrétaire d'Etat chargé du numérique et des plateformes

Le Journal Officiel de la république Française n°0123 du 25 mai 2017 a publié le décret n° 2017-1068 du 24 mai 2017 relatif aux attributions déléguées au secrétaire d'Etat chargé du numérique M. Mounir MAHJOUBI.

Le secrétaire d'Etat chargé du numérique, par délégation du Premier ministre, traite les questions relatives au numérique.
Il prépare et coordonne, conjointement avec le ministre de l'action et des comptes publics, la politique de transformation numérique de l'Etat.
A ce titre, il suit notamment le développement et l'amélioration des usages et services numériques, ainsi que la politique d'ouverture et de circulation des données.
Il traite les questions relatives au système d'information de l'Etat.
Il participe à l'élaboration du cadre juridique relatif au numérique, aux technologies d'avenir et aux plateformes, à l'échelle nationale, européenne et internationale. Il participe à la mise en œuvre du programme des investissements d'avenir dans le domaine du numérique. Il promeut, avec les ministres intéressés, les actions propres à accélérer la transformation numérique de l'économie, des organisations, de l'action publique et des territoires. Il veille, en outre, aux droits et libertés fondamentaux dans le monde numérique, à l'éthique des technologies, à l'inclusion, l'accessibilité et la médiation numériques.
Il traite, conjointement avec le ministre de l'économie, les questions relatives aux communications électroniques, au développement de l'économie numérique et à la transformation numérique des entreprises. Il veille au développement des entreprises et des acteurs français du numérique.
Il traite, en lien avec les autres ministres concernés, de toutes questions relatives à la promotion et à la diffusion du numérique, à la gouvernance de l'internet, aux infrastructures, équipements, services, contenus et usages numériques, à la sécurité des échanges, des réseaux et des systèmes d'information. Il est associé au traitement des questions relatives à l'éducation et à la formation au numérique ainsi qu'aux mutations numériques du travail.
Le secrétaire d'Etat chargé du numérique accomplit toute autre mission que le Premier ministre lui confie.

La notion de plateformes est clairement mentionnée. Il hérite donc d'un sujet particulièrement riche que l'Observatoire aura à coeur de lui présenter et de faire avancer avec ses services.

Normal
  5

Remise du Prix Turgot 2017 Mention d'Honneur

Le 7 mars 2017 s'est déroulée la 30e édition du Prix Turgot, à Bercy, sous le double parrainage du ministre de l'Economie et des Finances, Michel Sapin, et du prix Nobel d'économie, Jean Tirole.

Denis Jacquet et Grégoire Leclercq récompensés pour leur Ouvrage sur l'Ubérisation

Cet événement récompense le meilleur livre d’économie financière de l’année. Des professionnels de la finance, de l’économie ainsi que des personnalités des entreprises, des universités et des banques participent à cet événement.

Les lauréats du 30e Prix Turgot

  • Médaille d'or Francis Kramarz et Philippe Tibi pour « Plus de marché pour plus d'Etat ! », Editions Eyrolles et Revue Banque
  • Médaille d'argent - Prix du jury Pierre Cahuc et André Zylberberg pour « Le Négationnisme économique et comment s'en débarrasser », Editions Flammarion
  • Médailles de bronze - Mentions d'honneur Bernard Schwengler pour « De l'inflation à la dette publique - Analyse des discours politiques», Editions L'Harmattan
  • Médailles de bronze - Mentions d'honneur Denis Jacquet et Grégoire Leclercq pour « Ubérisation, un ennemi qui vous veut du bien ?», Editions Dunod
  • Médailles de bronze - Mentions d'honneur Jean-Philippe Delsol pour « L'Injustice fiscale ou l'Abus de bien commun», Editions Desclée de Brouwer
  • Prix de la francophonie « L'envol de l'épervier - Le défi de l'émergence togolaise », sous la direction de Kako Nubukpo et Comlan Prosper Dah, Editions Graines de Pensées
  • Prix des ouvrages collectifs « France, le désarroi d'une jeunesse », sous la direction de J-H Lorenzi, A. Villemeur, H. Xuan - Editions Eyrolles
  • Prix des ouvrages collectifs « Bitcoin et Blockchain - Vers un nouveau paradigme de la confiance numérique ? » - D. Geiben, J-M. Olivier, T. Verbiest, J-F Vilotte - Revue Banque
  • Prix des ouvrages collectifs « Les défis de l'économie à taux zéro » - Revue d'économie financière n° 121
  • Prix des directeurs financiers « De quoi le capitalisme est-il le nom ? Les métamorphoses du capitalisme » - Professeur J-J. Pluchart, Editions Maxima
  • Grand Prix d'honneur de la 30e édition à Jean Tirole pour l'ensemble de son œuvre, et son ouvrage « L'économie du bien commun », Editions Puf
Normal
  2

Découvrez l'ouvrage "Ubérisons l'Etat avant que d'autres ne s'en chargent"

A découvrir ! L'ouvrage co-écrit par Clément Bertholet et Laura Létourneau, qui sort le 08/03 en librairie aux éditions Armand Colin.

Tout le monde voit l’ubérisation à sa porte. Pourtant, un acteur économique majeur refuse de voir la menace : l’État. À tort, son ubérisation a déjà commencé. Les acteurs du numérique, au premier rang desquels les GAFA, Google, Apple, Facebook et Amazon, marchent chaque jour un peu plus sur les plates-bandes des services publics.

Si l’ubérisation de l’État peut faire peur, il faut pourtant la considérer comme une opportunité unique de transformation : les interfaces État-citoyens doivent devenir indolores, la production de services publics doit davantage être décentralisée et reposer, partout où c’est possible, sur l’intelligence collective. L’action publique doit s’ubériser elle-même pour prétendre à plus d’efficacité administrative et de fonctionnement démocratique. L’État n’y arrivera pas tout seul.

C’est à nous individus, entreprises, collectifs de participer et de proposer pour que l’Administration évolue à marche forcée et réponde aux besoins de la société du XXIe siècle.

Xavier Niel s'est prêté à l'exercice de la préface.

En pré-commande ici : http://bit.ly/2lTkWt9

 

Normal
  15

Remise du Prix du livre Cyber pour "Ubérisation, un ennemi qui vous veut du bien ?"

Le Forum International de la Cybersécurité a lieu cette année les 24 et 25 janvier prochains à Lille

Un prix pour l'ouvrage sur l'ubérisation

L'ouvrage "Ubérisation, un ennemi qui vous veut du bien" a été primé à l'unanimité dans la catégorie "société numérique". La remise du prix a lieu le mardi 24 janvier 2016 à 13h, lors du FORUM PARLEMENTAIRE. Grégoire Leclercq, coauteur, sera présent. Une séance de dédicace aura lieu sur place, sur le stand Le Furet du Nord.

Forum Parlementaire

2017-2022, cinq années décisives pour la transformation numérique de notre société. Quelle ambition pour la France pendant le nouveau quinquennat? Comment positionner notre pays dans le peloton de tête des nations numériques? Quels sont les leviers du succès? : la formation, la R&D, l'accompagnement des startup, la stratégie industrielle, la coopération européenne ? Quels sont les enjeux dans les domaines de la défense et de la sécurité ? Quelle est la vision du monde politique à la veille d'importantes échéances électorales? Plusieurs parlementaires de la majorité et de l'opposition répondent aux questions posées par des représentants d'associations agissant dans le domaine de la cybersécurité: CECyF, CESIN, CEFCYS, CIGREF, Tech'in France. En présence de :

  • Alain Bouillé, Directeur Sécurité des SI Groupe, Direction des Risques et du Contrôle Interne - Caisse des Dépôts
  • JEAN-MARC GREMY, Président - CLUSIF
  • Général d'Armée (2S) Marc Watin-Augouard, Directeur - CREOGN

www.forum-fic.com

Lille Grand Palais
1 boulevard des Cités Unies
59777 Lille – Euralille
 

Normal
  14

L'Observatoire sollicité dans la médiation Uber VTC

L'Observatoire de l'Ubérisation a été sollicité par Jacques Rapoport au sujet de la médiation en cours UBER - VTC.

Médiation Uber VTC : une première rencontre a eu lieu entre l'Observatoire et le médiateur.

Voici comment l'observatoire s'est positionné pour le moment :

  • Remarques à propos de la représentativité : il est difficile d'établir une réelle cartographie des acteurs en mesure de prouver leur représentativité pour participer au débat. Les positions semblent par ailleurs assez différentes entre acteurs (exemple avec le communiqué de Presse de l'association FEVTC PACA qui a un son de cloche différent des autres)
  • A propos de la protection sociale, il est important de noter le travail de fond réalisé par l'Observatoire et la FEDAE sur le décret sur l'article 60 de la loi Travail, actuellement à l'UE, et qui impose aux plateformes (dont UBER) une ATMP, une prise en charge de la formation, et rappelle le droit de grève
  • A propos de la rémunération, l'observatoire va monter une simulation très précise avec quelques cas d'usage type prenant en compte le CA et les coûts d'exploitation liés des VTC pour savoir ce qu'ils gagnent vraiment (sur quelques villes représentatives, sur quelques volumes d'heures différents, et sur deux ou trois plateformes différentes)

Le médiateur est invité à intervenir lors de nos assises du 25 janvier. Il tient par ailleurs un blog qui va recenser toutes les actions menées sur le sujet dans le mois qui vient : https://blogdumediateur.wordpress.com/

Normal
  6

Pages

NOS PARTENAIRES

Vous souhaitez vous engager avec nous dans cette large réflexion ? Vous souhaitez porter un regard novateur sur la réforme du travail et sur l'économie moderne ? Entreprises, associations, think-tank, chercheurs, personnalités qualifiées : rejoignez-nous !

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE
NEWSLETTER

Restez en contact avec nous. Proposez-nous vos tribunes, réactions, témoignages. Et soyez informés des dernières publications et des dates d'événements à venir !

A PROPOS

Fondé par la Fédération des auto-entrepreneurs (FEDAE) et l'association Parrainer la Croissance, cet observatoire a pour but d'accompagner l'ubérisation, d'apporter un constat précis et de proposer des pistes de réflexion autour de la réforme du code du travail, du dialogue social, de l'évolution du Droit...

INFOS DE CONTACT