Pourquoi un observatoire de l'uberisation ?

Cet observatoire est né d'une réflexion de plusieurs années. Il s'appuie sur la convergence de trois phénomènes simultanés arrivés à maturité :

Le monde digital est arrivé aujourd'hui à une grande maturité. L'innovation numérique et les nouvelles technologies sont désormais maîtrisées par de nombreuses entreprises. Les start-up spécialisées dans le développement informatique sont très nombreuses, très dynamiques et très actives ; la maîtrise des nouvelles technologies n'est plus une barrière à l'entrée. Leur légèreté et leur capacité à mettre sur le marché un produit numérique finalisé est un gage de compétitivité fort. En parallèle, l'accès au Web par les consommateurs finaux est totalement généralisé, modulo quelques zones blanches qui perdurent en France. Les smartphones, les tablettes, les objets connectés donnent un accès simple, facile et démocratisé aux applications Web pensées pour le plus grand nombre.
L'expérience de consommation est devenue un discriminant majeur : le consommateur recherche un meilleur service, c'est à dire un service plus rapide, plus ergonomique, plus économique. Pouvoir consommer un service de façon hyper réactive est un "must have" et de ce fait pèse énormément dans le choix de tel ou tel prestataire. De plus, le "taux d'effort" (difficulté du client à contacter son fournisseur) et la recommandation des autres clients jouent désormais autant que le service en tant que tel. Dans ce contexte, les start-up innovantes ont des atouts énormes à faire valoir car plus agiles.
Loin du modèle "100% salarial" qui apporte plus de sécurité mais aussi plus de contraintes, les Français recherchent aujourd'hui l'indépendance, la liberté de travailler et de s'offrir des services entre eux. Le travail "par missions", la prestation temporaire a le vent en poupe : de nombreux pans de l’économie l’expérimentent : nouvelles technologies, secrétariat, conseils techniques et de gestion, monde du spectacle, journalisme, taxis, télévente, services de maintenance et de ménage… Le régime de l'autoentrepreneur apporte un cadre juridique à ceux qui cherchent un "revenu" plus qu'un salaire. En dans ce contexte, l'émergence des plateformes collaboratives vient conforter la mise en relation entre offreurs et demandeurs de services.

Nos objectifs

Notre but est de faire des propositions pour mieux relever les enjeux de demain, en matière sociale, fiscale, juridique et économique.


Financement du système social

Réinventer notre modèle social en tenant compte de l'évolution des cotisations.

 

Refonte du dialogue social

Reconstruire les bases d'un dialogue social avec ces nouveaux intermédiaires.

 

Aménagement des règles fiscales

Revoir le fonctionnement des règles fiscales pour les adapter à ces nouvelles activités.

 

Réforme du code du travail

Revoir notre droit du travail en élargissant les possibilités de collaboration sans risque de requalification.

 

Evolution des modèles économiques

Aider les entreprises à réfléchir à la transition depuis les modèles passés vers des systèmes plus collaboratifs.

 

NOS PARTENAIRES

Vous souhaitez vous engager avec nous dans cette large réflexion ? Vous souhaitez porter un regard novateur sur la réforme du travail et sur l'économie moderne ? Entreprises, associations, think-tank, chercheurs, personnalités qualifiées : rejoignez-nous !

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE
NEWSLETTER

Restez en contact avec nous. Proposez-nous vos tribunes, réactions, témoignages. Et soyez informés des dernières publications et des dates d'événements à venir !

A PROPOS

Fondé par la Fédération des auto-entrepreneurs (FEDAE) et l'association Parrainer la Croissance, cet observatoire a pour but d'accompagner l'ubérisation, d'apporter un constat précis et de proposer des pistes de réflexion autour de la réforme du code du travail, du dialogue social, de l'évolution du Droit...

INFOS DE CONTACT